Index de l'article

161011KgaJFMD7RD Congo: Les femmes de Kananga prennent leur avenir en mains

En RD Congo, tout comme dans la plupart des pays africains, subsahariens, les activités principales des femmes rurales sont essentiellement liées à l’agriculture qui est le secteur le plus important dans l’économie des pays sub-sahariens. En effet, les activités agricoles représentent au moins 70% des revenus des ménages ruraux.




161011KgaJFMD3
Maïs et niébé produits sur les 
champs collectifs des OF 
de Kananga.
 
161011KgaJFMD8
161011KgaJFMD4
Une séance de fabrication 
des biscuits

Depuis quelques années, cette activité semble être en perte d’importance à Kananga, particulièrement par les hommes et les jeunes, qui trouvent que les pierres précieuses procurent d’importants revenus plus rapidement. Certains jeunes sont même tentés d’abandonner leurs études afin d’aller tenter leur chance dans la recherche des minerais.

Pour endiguer cette mentalité et donner l’honneur à la terre, le Centre Bamamu Tabulukayi a décidé d’organiser les femmes productrices de Kananga en organisations féminines (OF), dans le but commun d’exploiter ensemble la terre. Fortes de l’appui de la FONCABA, ces femmes ont d’abord acquis diverses connaissances. Dans un premier temps, les responsables de ces femmes ont été formées sur les stratégies de communication interne et externe et planification dans une association et les stratégies de lobbying et à l’encodage de fichiers de suivi et des rapports sur Excel pour une meilleure gestion des activités et des résultats.

Par après, 500 femmes des organisations féminines (OF) de la périphérie de Kananga ont été mises à niveau sur les techniques de production agro-écologique et vente de maïs et de niébé tandis que leurs animatrices et des déléguées ont été recyclées sur la gestion des semences et des récoltes et l’organisation des AGR agricoles. Les résultats n’ont pas tardé à venir : non seulement ces femmes subviennent à la sécurité alimentaire des ménages, mais aussi elles dégagent un surplus de récolte qu’elles vendent.

Dans la ville de Kananga, 460 femmes membres des organisations féminines (OF) de la ville de Kananga ont été formés sur le stockage stratégique des céréales, la fabrication des biscuits à base de maïs et de niébé et les techniques de vente.

Ainsi donc, les 2 groupes de femmes formées sont complémentaires :  le premier groupe de femmes produit le maïs et le niébé et vend une partie de sa production au second groupe des femmes. Ce dernier stocke la vente à la banque de céréales. Dans cette banque, une partie du stock sert de semence. Une autre partie du stock est gardée afin de servir les femmes lors de la période de soudure.  Enfin, une importante partie est utilisée pour la fabrication des biscuits.